retour liste fabricants français


CHARRIERE


1820, rachetée par Collin & Cie, en 1876, puis Gentile en 1957, fermeture en 1972.



Jean-Frédéric Benoît Charrière (1803-1876)
(image tirée de Foucaud Edouard : Les artisans illustres. Ed. Bethune et Plon, Paris, 1841).

Date de création :
1820.

Adresse société :
1820-1833 : 34/35 cour St Jean de Latran (chez son patron, le coutelier Vincent, où il s'est formé).
Après 1833, premier magasin : 7bis rue de l'école de médecine, Paris (entre la rue hautefeuille et le boulevard Sébastopol).
En 1842, deuxième magasin sur le trottoir d'en face, 6 rue de l'école de médecine, Paris.


Activités :

  • Depuis 1825
    • fabrication de 95 % d'instruments chirurgicaux nouveaux sur les indications des chirurgiens.
    • pour le conseil général des hospices : appareils à prothèses.
  • Depuis 1830
    • pour le ministère de la guerre, fabrication de :
      • tous les modèles de types de caisses d'instruments destinés aux services des hôpitaux militaires.
      • sacs d'amubulance pour l'infanterie.
      • sacoches pour la cavalerie.
      • gibernes-trousses des officiers de santé et des vétérinaires militaires.
      • boites de secours pour les poudrières de l'état.
    • Pour le ministère de la marine :
      • modèles types des caisses et demi-caisses d'instruments et appareils pour les hôpitaux maritimes et les bâtiments de l'état.
      • trousses et caisses de secours pour les asphyxiés.
    • Pour le ministère de l'intérieur :
      • caisses d'instruments pour le service des maisons centrales, de force et de correction.
    • Pour l'administration des postes :
      • modèles types de caisses et demi-caisses d'instruments et ustensiles pour le service des paquebots-postes.
  • Seul fournisseur officiel de la faculté de médecine de Paris (mention sur notice de 1844 et catalogue de 1863).
  • Fabricants d'instruments et appareils de chirurgie et de médecine en tous genres, pulvérisation d'eau, orthopédie, bandages herniaires, chirurgie vétérinaire, coutellerie fine, etc..
  • Présent à l'exposition nationale de l'industrie en 1839.

Catalogues connus :

- 1840 (catalogue nouvelles dragues de sauvetage et nouveaux instruments pour donner des secours aux asphyxiés
- 1841 (catalogue : trousses-agenda, trousses en général, lancettiers, stethoscopes, plessimètres, ventouses à pompes modifiées, ventouse Junod, scarificateurs à ressort modifiés, nouvelle filières, etc.)
- 1844 (nouvel arsenal chirurgical, exposition nationale de l'industrie de 1844)
- 1845 (extrait du catalogue)
- 1847 (catalogue appareils pour inhalation d'éther
- 1848 (catalogue appareils pour l'inhalation du chloroforme, pouvant aussi servir pour l'inhalation de l'éther
- 1849 (Extrait du catalogue de la maison Charrière, fabricant d'instruments de chirurgie, d'instruments de chirurgie vétérinaire, de coutellerie, fournisseur titulaire de la Faculté de médecine de Paris, des hopitaux civils et militaires, des ministères de la guerre, de la marine et de l'intérieur, de plusieurs universités étrangères, etc.)
- 1851 (catalogue général des instruments et appareils de Charrière : Première partie, travaux anatomiques, autopsies, embaumements)
- 1854 (catalogue specimens d'instruments de chirurgie modèles Charrière
- 1856 (Notices sur les instruments et appareils de chirurgie, sur les instruments de chirurgie vétérinaire sur la coutellerie présentés à MM les membres du jury de l’exposition universelle de Paris de 1855, 2ème edition)
- 1857 (catalogue général d'instruments de chirurgie, de chirurgie vétérinaire)
- 1860 (nomenclature accompagnée de planches représentant les instruments nouveaux pour les amputations, résections, trépan, extraction d'esquilles, de balles et autres projectiles, ligatures, compressions d'artère, etc.)
- 1860 (trousses nouveau modèle, avec instruments nouveaux)
- 1862 (Notice des instruments de chirurgie humaine et vétérinaire... présentés à MM les membres du jury international de l'exposition universelle de Londres 1862)
- 1863 (note accompagnée de planches représentant les instruments nouveaux et particulièrement les instruments de dissection
- 1867 (catalogue avec planches présenté au jury de l'exposition universelle)
- 1872 (catalogue d'instruments de chirurgie)
- 1876 (catalogue général illustré d'instruments de chirurgie)
- 1879 (catalogue général illustré d'instruments de chirurgie)
- 1885 (catalogue général illustré d'instruments de chirurgie)
- 1890 (catalogue général illustré d'instruments de chirurgie)
- 1894 (catalogue général illustré d'instruments de chirurgie)
- 1908 (catalogue général illustré d'instruments de chirurgie)
- 1925 : catalogue Charrière sous la marque Collin & Cie, successeurs. 

Biographie :

Joseph Frédéric Benoît Charrière (20 mars 1803 - 1876) est né en suisse, à Cerniat, dans le canton de Fribourg. Il arrive à Paris en 1816 pour apprendre la coutellerie et entame un apprentissage de quatre ans comme affûteur-repasseur chez le coutelier Vincent, dont il reprendra l'entreprise (située dans la cour de Saint-Jean-de-Latran) à sa mort, en 1820. Charrière se spécialise alors dans la fabrication d'instruments de chirurgie dont la qualité lui attire la clientèle de chirurgiens prestigieux. Il créé à leur demande de nouveaux instruments, adaptés à leurs besoins spécifiques. Charrière n'hésite pas à fréquenter l'hôpital et à assister aux interventions pour mieux appréhender les besoins de ses clients. Il quitte en 1833 l'atelier situé cour Saint-Jean-de-Latran pour la rue de l’Ecole de Médecine dans le quartier des Cordeliers. En 1834, le rapport de l'exposition publique des produits de l'industrie, considère que la maison Charrière est la plus grande fabrique française d'instruments de chirurgie.
Il s'initie à Sheffield et à Londres en 1837 aux techniques de trempe des lames en acier coulé. Il y a pour Charrière plus de préjugés que de données exactes sur la qualité des tranchants anglais. Il fait même croire à certains chirugiens que ses lames sont importées d'Angleterre, avant de leur démontrer qu'elles sont de sa fabrication.

Charrière va confectionner trois catégories d'instruments :
- ceux confectionnés sur les indications des chirurgiens.
- ceux exécutés sur une seule indication principale, donc de réalisation plus difficile.
- ceux inventés complètement par Charrière : tels que bouts de sein et biberons en ivoire flexible (éloge du jury de l'exposition de l'industrie en 1939, éloges de l'académie royale de médecine), la pompe simple à courant régulier pour diverses injections et lavements (supprimant les difficultés de nettoyage et l'introduction d'air dans l'intestin), instruments de sauvetage aux noyés et asphyxiés, la scie à molette et trépan s'engrenant par la circonférence des lames, appareil à extraire les corps étrangers, appareil de fracture à bras construit pour le Duc de Nemours, instruments d'ophtalmologie, de lithotritie...

En 1842 il installe un deuxième magasin en face du premier, rue de l'Ecole de médecine. Il acquiert la nationalité française en 1844. Il participe aux développement des instruments de l'anesthésie, discipline nouvelle venue des Etas-Unis, qui permet d'accroître progressivement les temps opératoires, avec des interventions toujours plus complexes, rendues possibles par la suppression de la douleur opératoire. Aux nouveaux besoins des chirurgiens et des anesthésistes, Charrière répond par de nouveaux appareils et instruments. La qualité des productions Charrière est récompensée par de nombreux prix (expositions nationales et internationales).

Les besoins étant immenses, les commandes venant des hôpitaux, de l'armée, mais aussi de l'étranger, les établissements Charrière vont connaître un développement important : 90 ouvriers (payés 3 à 9 francs par jour) dans les ateliers rue de l'Ecole de Médecine (où sont finalisées les instruments fabriqués dans les établissements de coutellerie de Nogent, notamment ceux de son gendre Eugène Vitry), et de 150 à 200 dans divers petits ateliers familiaux à Paris et en Province auxquels Charrière sous-traite une partie de la fabrication. Chaque ouvrier étant spécialisé dans un type d'appareil précis, l'expérience acquise permet de livrer des instruments de très grande qualité. Charrière a également fait baisser les prix des instruments : un appareil de lithotritie vendu de 500 à 1000 francs était proposé par Charrière pour 70 francs, à qualité équivalente.

Charrière fut le premier à utiliser le maillechort pour la fabrication de ses instruments.

Parmi les employés de Charrière, on trouve de futurs fabricants de matériels médicaux, tels que Georges Lüer (Paris), Louis Mathieu (Paris)Paris, Joseph Leiter (Vienne), Camillus Nyrop (Copenhague).


En 1844, Charrière constitue une collection historique d'instruments anciens et modernes, formant l'arsenal complet de la chirurgie instrumentale, rassemblée à grands frais par ses soins et classée par ordre d'opérations. Cette collection fut regroupée dans une pièce spéciale, dans des vitrines, et mise à la disposition des Professeurs de la faculté de médecine, et des étudiants.

En 1852 Joseph-Frédéric Charrière confia la direction de la société à son fils Jules, qui décèda en 1865. L'entreprise est alors reprise par deux employés de Charrière, Louis Robert et Anatole Collin, et devient la maison Collin en 1876.

L'entreprise Collin sera rachetée en 1957 par la société Gentile, qui fermera ses portes en 1972.

Frédéric Charrière décédera à Paris en 1876.


Prix obtenus par la société Charrière :
- 1834 : médaille d'argent, exposition de l'industrie nationale.
- 1835 : médaille d'or, exposition de Toulouse.
- 1836 : Académie des sciences, prix Monthyon, pour le perfectionnement de divers instruments de chirurgie.
- 1839 : médaille d'or, exposition de l'industrie nationale. (première récompense de ce type décernée pour des instruments de chirurgie)

Logos et marques :

- pour les poinçons, voir la page sur les couteliers français.

marquage charrière


Références pour la rédaction de cette page :

- Foucaud Edouard : Les artisans illustres. Ed. Bethune et Plon, Paris, 1841.
- Notice sur la fabrication des instruments de chirurgie depuis 1820, soumise à l'appréciation de MM les membres du jury central de l'exposition de l'industrie nationale de 1844 par Charrière, fabricant d'instruments de chirurgie à Paris.
- Catalogues Charrière.


page mise à jour le 2 mars 2012

Images et contenu non libres de droit. Merci de me demander l'autorisation d'utilisation.

Si cette page s'affiche sans les barres de menu en haut et à gauche, cliquez-ici


www.clystere.com